banner cimagine.jpg

riv bon

Rencontre avec Jean-Jacques Bosson, alias Boss, créateur du site swissrally.ch

S'il est une personne qui a marqué de son empreinte le sport automobile suisse et le rallye en particulier, c'est sans aucun doute Jean-Jacques Bosson, plus connu sous le pseudonyme de "Boss". Non pas vraiment par ses résultats en course, mais parce que Boss a créé et lancé le site www.swissrally.ch un certain 11 décembre 1998. Après treize années, Boss a décidé de rendre le tablier à la fin 2011, en ayant offert une extraordinaire vitrine à notre sport favori. 6 ans et demi après cet arrêt, Gibus Balet a rencontré le fribourgeois pour inforallye.ch, le successeur de swissrally.ch.

Jean-Jacques, peux-tu avant tout te te présenter ?
Jean-Jacques Bosson, alias BOSS, 55 ans depuis le mois de juin, divorcé, deux magnifiques enfants dont Bryann que beaucoup d'entre vous connaissent puisqu'il officie en tant que contrôleur technique. Moniteur d'auto-éecole depuis 2007 sous www.lepermis.ch et auparavant boulanger-pâtissier.

34034024 10156610666554090 2388666136347541504 o
Boss est toujours dans les paddocks, comme ici lors du Rallye du Chablais 2018

Comment es-tu venu au sport automobile et le rallye en particulier ?
J'avais acheté une Simca 1000 Rally 2 (ex-Roland Dupasquier, motoriste à Bulle) et j'avais besoin de conseils et de la faire entretenir par quelqu'un qui connaissait. J'ai fait appel à Danilo Gremaud qui roulait en Simca 1000 Rallye 3 et qui connaissait ces voitures. Il habitait la région. Puis j'ai fait de l'assistance à Pascale et Danilo Gremaud, c'était en 1983 aux Alpes Vaudoises. Le virus était né !

Quelles sont tes expériences en sport auto ?
Pas grand chose je dois dire! Après la Rallye 2, j'ai acheté une Opel Kadett C GT/E et j'ai fait trois rallyes avant puis quelques slaloms après la fin de son homologation en rallye. J'ai en outre participé par deux fois au Rallycross de Lignières et je l'ai remporté une fois. Un merveilleux souvenir - si des personnes ont des photos, je suis preneur! La Kadett revendue, j'ai acquis une Peugeot 205 GTI et j'ai fait deux rallyes avec cette voiture, à savoir le feu Rallye de Court et le Tour de Corse en 1987.

Pourquoi avoir créé un site dédié au rallye suisse ?
Tout simplement parce que c'était le début du web et qu'il n'y avait rien ou si peu... Le site a porté plusieurs noms avant de devenir celui que tout le monde a connu à savoir www.swissrally.ch.

En as-tu retiré des satisfactions, si oui lesquelles ?
Quand tu t'investis à 200% dans un truc, ce qui est mon cas dans tout ce que j'entreprends, tu ne peux que en retirer des satisfacations! Une belle aventure humaine avec énormément de personnes que j'ai côtoyées. Des souvenirs à jamais gravés dans ma mémoire. Des découvertes de régions, de paysages, de gens magnifiques où j'ai souvent été reçu avec passion et gentillesse. Puis au fil du temps, le site est devenu la référence et il fallait entretenir le site, tout comme vous le faites avec inforallye.ch désormais. Cela me prenait beaucoup de temps et avec mon nouveau job, franchement sans l'aide de Brice Zufferey, j'aurai certainement laissé tomber plus tôt.

Les connaissances obtenues en sport automobile ont-elles apportées quelque chose de positif pour le côté professionnel ?
Oui et non... Non parce que dans mon métier de moniteur d'auto-école, tu apprends à conduire aux jeunes et moins jeunes, les rudiments du déplacement d'un véhicule. Et ouis parce que certaines fois, dans certains exercices, certaines situations, tu leur démontres, en tout cas pour ma part, que ce j'ai appris en pilotant peut te servir dans la conduite de tous les jours. Un exemple : un freinage appuyé sur une chaussée enneigée. Quand les conditions le permettent, je leur fait des exercices de frein sur la neige sans qu'ils actionnent l'ABS, totu en diminuant leur distance de freinagae et sans l'avoir mis en pratique en rallye, ça n'aurait pas été possible. Il y a plein de petites astuces du genre (sourire).

A quoi rêvais-tu quand tu étais petit ? Et maintenant ?
Petit, je rêvais d'être pompier ou pilote d'avion, comme tous les gosses! Maintenant ? VIVRE (large sourire).

18238124 10155345290909090 5757103708346059022 o
Vivre et profiter, comme ici lors du Cornuz Rally Tour avec son amie Laurette

Pour toi, qu'implique le mot sport ?
Un dépassement de soi dans le haut niveau et un excellent moyen de maintenir la forme dans la pratique normale.

Quelles sont les valeurs que tu apprécies le plus dans l'être humain ?
Pour ma part, l'éducation que j'ai pu donner à mes enfants : le respect, la politesse et l'amour!

Raconte-nous une bonne anecdote ou un bon souvenir.
En rallye, certainement le Tour de Corse. Chaque pilote devrait au moins une fois dans sa carrière participer à une manche mondiale, des souvenirs à jamais gravés. Dans ma vie, c'est la naissance de mes deux enfants.

Comment occupes-tu tes longues soirées d'hiver sans le site internet ?
Je veux VIVRE ! Profiter de tous ces bons moments que la vie nous donne et qui te permettent de te réveiller chaque matin et te dire "Put... quelle belle journée je vais passer!"
Et avant de terminer, j'aimerai remercier l'équipe d'inforallye.ch pour avoir repris le flambeau et vous féliciter pour tout le job que vous faites.

Après des heures de travail, la C2 R2 de Clément et Adrien Piquerez est prête pour le Rallye du 14 juillet

Le Rallye du 14 juillet aura lieu, comme son nom l'indique, ce week-end. Parmi les six équipages helvétiques engagés, celui composé des frangins Piquerez qui, après leur cabriole du Rallye du Chablais, ont pu réparer leur C2 R2. Avant de prendre la direction de Raddon-et-Chapendu, chamante petite bourgade de moins de mille âmes en Haute-Saône, qui accueille le stamm de ce rallye, Clément nous assure sa participation et revient pour nous sur ce Chablais écourté et ce qui en a suivi. Rencontre.

Clément, tu t’es remis de ta sortie au shakedown du Chablais ?
Oui, sur le moment ça n’a pas été facile à avaler car se sortir au shakedown ça ne doit pas arriver. Mais on a superbe équipe qui nous a soutenue et la volonté d’aller de l’avant a vite pris le dessus.

Tu sais ce qui s’est passé désormais ?
Après l’analyse de la vidéo embarquée, on pense que c'est la roue arrière gauche qui s’est ouverte pour une raison inconnue... hélas on ne le saura jamais.

34560448 10217343904288293 8945348495863185408 o
Photo, Trocelli Patrick Picture's

Le travail de remise en état est important. Vous bossez comme des fous on imagine. Vous êtes combien à y travailler ?
Oui exactement ! C’est surtout mon frère qui s’occupe du remontage avec notre équipe d’assistance. Ca fait donc 3-4 personnes qui y travaille et je les en remercie chaleureusement!

Tu seras donc au départ du Rallye du 14 juillet, c'est confirmé ?
Oui c’est l’objectif. La caisse est sortie de carrosserie le mercredi 04 juillet et depuis on y a bossé comme des dingues pour finaliser la voiture et être prêt. A l'heure où j'écris ces quelques lignes, la voiture est quasiment finalisée, c'est donc tout bon, nous serons au départ.

Elle sera toujours jaune comme avant ?
Oui exactement la même couleur car nous n’avons pas dû la repeindre complètement.

30716496 1790314574370496 1220422043854438400 o

Ce rallye tu le fais avec l’objectif de vous remettre en confiance ?
Oui, déjà reprendre du plaisir dans la voiture, se remettre un peu en confiance et passer un bon week-end avec notre équipe et nos potes qui font le rallye

La suite de votre saison, tu en sais déjà un peu plus ?
Pour l'instant, on n'y a pas plus réfléchi que ça. L’objectif est clairement ce Rallye du 14 juillet.

30073640 942830922558132 4290307165362299492 o
Photo, Championnat Suisse Rallye Junior

Un rallye où l'on retrouvera donc 6 équipages helvétiques au départ. Sacha Althaus, qui devait faire l'épreuve avec sa frangine Coline, a dû malheureusement changer de programme, sa soeur ne pouvant obtenir sa licence pour des raisons administratives. C'est donc Jérémy Michellod qui l'accompagnera à sa droite. Voici ci-dessous la liste des suisses au départ de ce rallye qui compte plus de 100 équipages en tout.

44 - Sacha Althaus / Jérémy Michellod - Peugeot 208 R2
45 - Michel Schnegg / Marc Veya - Citroën C2 R2
46 - Clément Piquerez / Adrien Piquerez - Citroën C2 R2
93 - Lisiane Zbinden / Marion Varé - Renault Twingo R1
100 - Dan Goudron / Bryan Villat - Citroën Saxo N2
101 - Etienne Bornet / Marine Maye - Citroën Saxo N2

Etienne Bornet & Marine Maye au départ du Rallye du 14 juillet (F)

Le rallye est addictif, tout le monde en conviendra. Etienne Bornet, passionné de sport automobile depuis longtemps, a mis le pied à l'étrier lors du dernier Rallye International du Valais. Pour le valaisan, accompagné par Marine Maye à ses côtés, la course s'est hélas stoppée prématurément, après avoir montré de belles dispositions. Le duo sera au départ du Rallye du 14 juillet ce week-end afin de reprendre du service. Nous avons rencontré le pilote avant son deuxième rallye de sa carrière.

Etienne, tu vas bientôt prendre part au 2ème rallye de ta carrière. Quel sentiment t’habite?
Il faut avouer que d'une fois qu'on a goûté au rallye, il est difficile de ne pas céder à la tentation de reprendre un départ !

Marine Maye, qui t’avait déjà accompagné lors du Rallye International du Valais 2017, sera à nouveau à tes côtés. Un duo qui fonctionne du coup on l’imagine ?
C'est sûr ! Nous prenons un maximum de plaisir, ce qui est le plus important pour nous.

IMG 2174 Copier

Pourquoi avez-vous fait le choix de ce rallye régional français ?
C'est un petit rallye avec peu de kilomètres de course, ce qui nous permettra de reprendre le volant et engranger de l'expérience durant cet été. Nous avions également entendu de bons échos sur ce rallye de la part des équipages qui y avaient déjà participé, ce qui nous a d'autant plus motivé.

Avec quelle voiture serez-vous au départ?
Nous roulerons une Citroën Saxo N2, louée chez Fun Meca Sport.

29060772 1319894894777114 6965446932283435825 o
Photo, Fun Meca Sport

Depuis ta première expérience au Valais qui s’est hélas rapidement terminée, comment vois-tu le rallye?
Bien que nous n'ayons roulé que quelques kilomètres jusqu'ici, nous avons tout de même énormément apprécié les sensations que procure le rallye. Nous nous sommes aussi rendus compte qu'il suffit de peu pour ne pas rallier la ligne d'arrivée, mais nous apprenons de nos erreurs.

Quel est ton programme pour la suite de ta saison?
Tout dépendra de notre budget, mais nous serons certainement au départ du Rallye International du Valais cette année, pour cette fois franchir l'arrivée.

22904745 1612278548840767 4315390946963575858 o
Etienne et Marine lors de leur participation au Rallye International du Valais 2017

Sacha Althaus au départ du Rallye du 14 juillet (F) avec sa frangine aux notes

Sacha Althaus a déjà fait parler la poudre. Le jeune bernois est l'un des animateurs du Championnat Suisse Rallye Junior et se montre particulièrement véloce. Normal pourrait-on dire quand sa famille est baignée dans le monde du rallye depuis belle lurette et que son père est un ancien champion suisse. Mais Sacha ne cache pas sa volonté d'aller plus loin et plus vite en engrengeant de l'expérience. Prochaine étape pour lui, ce sera le Rallye du 14 juillet où il croisera le fer avec plusieurs équipages helvétiques qui ont prévu d'y participer. Cette épreuve régionale compte une quarantaine de kilomètres et se tient chaque année le jour de la fête nationale française. Ce ne sera pas sa première participation puisqu'il y avait déjà pris le départ l'an dernier avec, à la clé, une victoire dans la catégorie R1. Cette année, c'est avec sa Peugeot 208 R2 que Sacha prendra part à ce rallye, accompagné par sa soeur Coline qui tentera l'expérience du rallye pour la première fois. Rencontre.

Sacha, de retour derrière le volant après une pause d’un bon mois. Comment te sens-tu après ce Chablais ?
Je suis content. Le début de saison s'est très bien passé et je me sens à l'aise dans la voiture ! J'ai fait beaucoup d'erreurs au Rallye du Chablais qui m'ont coutées beaucoup de temps hélas.

30714908 10216360817557212 2522512925202055168 o
Photo, Florian Sedrati

La concurrence est féroce au sein du Junior avec notamment Schmid et Michellod qui se battent fort. Tu t’attendais à une telle attaque ?
Thomas a un superbe coup de volant comme il l'avait déjà prouvé par le passé, surtout dans les conditions grasse. Mais il m'impressionne encore plus depuis le Chablais où il est devenu très propre, constant et sûr de lui. Pour Jo Michellod, je savais qu'il serait très dur à aller chercher. Il a progressé très vite dans la 208. De manière générale, les résultats du Junior sont très interessants et les gens sont souvent ravis du spéctacle!

À tes côtés pour ce Rallye du 14 juillet, ta frangine Coline pour sa grande première. C’est une émotion particulière ?
Effectivement, je participe à ce rallye avec ma soeur pour son anniversaire. Elle est très motivée par les rallyes, comme le reste de la famille (rires) et j'espère qu'elle prendra un max' de plaisir! De toute façon, on va à ce rallye justement pour prendre du plaisir et pour lui apprendre les bases sur un petit rallye sans pression.

34072650 967963793378178 7536917076124893184 o
Photo, Championnat Suisse Rallye Junior

Quelle sera la suite de ta saison ?
Je serai au départ du Moscato Rallye en juillet, du Tessin à la fin août et du Rallye International du Valais en octobre. Pour la suite, je suis à la recherche de quelqu'un pour me seconder à mes côtés. Un ou une copilote, peu importe, car Lisiane avait exceptionnellement prolongé d'une année avant de marquer une pause rallystique.

Avis aux amateurs donc. Si vous souhaitez accompagner Sacha durant sa prochaine saison, vous pouvez le contacter via sa page Facebook.

Thomas Schmid : "On cherche toujours les derniers dixièmes, c'est comme ça qu'on progresse"

La victoire en Championnat Suisse Rallye Junior lors du Rallye du Chablais est revenue au duo suisse-allemand Thomas Schmid/Cornel Frigoli. A la lutte avec Jo Michellod, la paire alémanique a fait la différence en ne commettant pas d'erreurs et en restant propre toute l'épreuve. Avec cette deuxième victoire, la 208 bleue se rapproche de la première place du Junior mais reste néanmoins deuxième en raison de leur abandon au Critérium contrairement à Jo Michellod qui a scoré à toutes les manches. Cette année, le moins bon résultat sera biffé. Il reste donc encore un espoir pour Thomas Schmid de prendre cette première place du Championnat Suisse Rallye Junior à l'issue de cette saison même si aujourd'hui le problème du pilote saint-gallois ne réside pas dans son pilotage, mais bien dans son porte-monnaie qui crie famine. Nous l'avons rencontré à l'issue de l'épreuve chablaisienne pour parler de cette victoire, du futur de sa saison et de son autre challenge en course de côte. Rencontre.

Thomas, tu remportes ton 2ème succès en Junior cette saison sur les routes du Chablais. C’est la satisfaction pour toi on imagine ?
Oui je suis très heureux pour ce résultat, parce que j’étais obligé de bien figurer, sans faire des fautes pour garder une chance de continuer ma saison. Donc la pression était là et j’étais très content quand j’ai franchi la ligne d’arrive de la dernière spéciale.

On a pu voir des passages très « chaud », même déjà pendant le shakedown... tu es parti à fond dans ce rallye ?
Bien sûr ! J’ai commencé avec un gros rythme mais ça n’était pas aussi agressif qu’au Crité. Ici pour le Chablais, j’ai changé un peu mon pilotage. En général j’essaye de rouler un peu plus calme et propre. Pour ça, j’avais moins de moments chauds. Au shakedown j’ai testé normalement, notamment pour voir si les virages n’étaient pas trop dangereux, histoire de pousser la voiture pour savoir au mieux la limite de la 208.

Angela Chablais 2018 040 Copier

Le duel avec Jo Michellod a été très intéressant. C’est d’ailleurs toujours lui qui est en tête actuellement du Junior, malgré tes deux victoires sur trois manches. C’est ce que tu imaginais en début de saison ?
C’est en tout cas ce que j’imaginais. Je pensais bien qu’il allait être l’adversaire le plus coriace. Il a déjà montré l’an dernier qu’il faut compter sur lui. C’est vraiment super qu’on a toujours des bagarres très serrées. C’est comme ça qu’on progresse le mieux, on cherche toujours les derniers dixièmes.

On sait que tu es très affûté dans des conditions pluvieuses. Le 2ème passage de la spéciale des Avants sous la pluie, que tout le monde a détesté, toi tu as bien aimé ?
Ça va… je dois dire que cette spéciale n’était pas drôle pour moi aussi. J’étais un peu nerveux au départ parce que dans une telle spéciale on sait jamais ce qui va arriver et avec des pneus médium il faut attaquer pour les chauffer assez. Donc dans les premiers kilomètres j’avais quelques moments chauds mais pour la suite, ça s’est plutôt bien passé.

On sait qu’hélas le budget est très petit pour toi, la recherche de sponsors étant difficile outre – Sarine. Comment vois-tu la suite de ta saison ?
Je crois c’est difficile dans toute la Suisse de trouver des partenaires en sport automobile, mais c’est clair que c’est un handicap ici, en Suisse allemande, d’intéresser les gens pour des courses qui se déroulent à l’autre bout de la Suisse. Mais je peux confirmer que je serai normalement au départ du Tessin, grâce notamment à la prime de ma victoire au Chablais. Le Valais reste incertain, mais bien sûr si nous faisons un résultat concluant au Tessin, je me sentirai obligé de participer à la lutte finale en participant au Valais… même si je ne sais pas encore comment je pourrai financer ça… On va essayer de faire mieux.

IMG 9962 2 Copier

En parallèle du rallye, tu fais le Championnat Suisse Junior de la Montagne avec cette fois-ci une Toyota GT86. Tu peux nous expliquer un peu plus en détail ?
C’est un nouveau Championnat qui existe depuis l’an dernier et qui est pensé pour débuter en sport automobile. Il faut vraiment être novice en course de côte pour pouvoir y participer, comme c’est mon cas. Par contre, c’est assez drôle qu’ils ne disent rien si on a déjà fait des rallyes comme moi (sourire). Il faut se qualifier pour obtenir un des huit baquets disponibles. Les Toyota GT86 sont identiques et, à part les éléments de sécurité, ce sont des voitures de série. Elles sont préparées par l’organisateur à Seelisberg. Il y a quatre manches, dont en Suisse romande la Course de Côte Ayent-Anzère en juillet. La première manche, ce sera le 1er juillet prochain à l’occasion de la Course de Côte de Reitnau. Je me réjouis de ce nouveau défi.

28954568 945476245620421 5175823432641904594 o
L'un des Toyota GT86 du Championnat Suisse Junior de la Montagne que pilotera Thomas Schmid
Photo, Eventcenter Seelisberg

L'interview croisée de Nicolas Lathion & Yannick Schriber avant le Vosges Grand-Est

Ce week-end aura lieu la troisième manche de la 208 Rally Cup. Au programme du Vosges Grand-Est, 180 kilomètres de spéciales à avaler en deux jours de course. Le shakedown lancera les hostilités le vendredi 8 juin avant le lancement officiel de la compétition le lendemain avec notamment une spéciale de 27 kilomètres dès le début de journée. Autant dire que l'épreuve sera un gros morceau pour les membres de la 208 Rally Cup dont le duo helvétique Lathion/Schriber qui se lance dans l'aventure de cette compétition hautement relevée cette année encore. Après les deux premières manches, nos représentants démontrent un bon potentiel face à des pilotes expérimentés. Le soutien du Sébastien Loeb Racing est également l'un des facteurs déclenchant de ces résultats empreints de maturité. Avant de prendre le départ des Vosges pour une séance d'essai grandeur nature ce jeudi, le duo a répondu à nos questions, les mêmes pour les deux, sans se concerter. Rencontre.

Comment abordes-tu ce troisième rallye de ta saison en 208 Rally Cup ?
Yannick : Le Rallye des Vosges ressemble beaucoup à la spéciale des Dents du Midi, celle des Rives au Rallye du Chablais donc. Je suis chaud et motivé à montrer notre vrai potentiel. J'espère que les essais de demain (ndlr: ce jeudi) vont bien se passer pour nous mettre dans de bonnes conditions.
Nicolas : Et bien c'est encore une nouveauté pour nous et j'espère qu'on arrivera à reprendre confiance en la voiture et hausser un peu le rythme! Le parcours est magnifique, mais la météo est encore très mitigée, faut espérer que ça tienne (sourire)

33303737 2083892985159832 8147342034668093440 o
Photo, Nicolas Millet Photography

Comment pourrais-tu qualifier l'entente au sein de l'équipage et avec le team Sébastien Loeb Racing ?
Nicolas : L'entente est top avec Yannick, il s'est très vite adapté à mes notes et l'équipe est très professionnelle, le top. Et en plus, on rigole bien!
Yannick : Avec Nico l'entente et super. Je suis impressionné par le boulot qu'il fournit pour le rallye. On tire à la même corde. Le Sébastien Loeb Racing quant à lui est une équipe formidable. Sacha (notre ingénieur) et Romain (chef mécano de la voiture) sont des personnes en or.

33239237 1785791771477008 3137361472426868736 o
Photo, Nicolas Millet Photography

La concurrence est rude en 208 Rally Cup. Satisfait jusque-là de ce début de saison ?
Yannick : Le début de saison a été compliqué mais on veut aller de l'avant. On a d'ailleurs débuté avec la terre, ce qui était notre premier rallye sur cette surface. Le Rallye d'Antibes nous a pas souri avec des soucis de freins dès le début. On sait très bien que la 208 Cup est très difficile. On y trouve les meilleurs pilotes.
Nicolas : On savait que ça allait être rude mais en plus de la concurrence et de la découverte, nous n'avons pas eu de chance avec les conditions météo et quelques petits problèmes sur la voiture. Donc dans l'ensemble, nous sommes satisfaits, mais j'espère qu'on va pouvoir monter gentiment le rythme.

19145864 2059541664261631 1926004793486919857 n
Photo, Nicolas Millet Photography

Martial Praz : "J'ai regardé Samantha en disant : on assure, on termine ce rallye et on monte sur le podium"

Le Rallye du Chablais aura offert une belle bagarre pour la première place du scratch, mais également dans les différentes catégories. En Clio R3T Alps Trophy, la victoire finale revient à Olivier Courtois qui signe ici un résultat plus que probant pour la suite de sa saison. Avec un succès sur les routes helvétiques du Chablais et un leadership avant l'épreuve face à son adversaire Ismaël Vuistiner sorti de route prématurément dans les Avants, le français prend de l'avance avant d'attaquer le prochain rallye, le Mont-Blanc où la paire Vuistiner/Kummer ne devrait pas y participer en raison de leur sortie et des coûts que cela engendre. Derrière Courtois, plusieurs équipages se sont illustrés à l'image du français Styve Juif ou du valaisan Martial Praz qui a démontré tout l'étal de son talent pour son quatrième rallye de sa carrière. Accompagné de Samantha Rossier aux notes, le nendard n'était pas sûr de participer à l'épreuve quelques jours avant puis finalement, successions de bonnes nouvelles, Martial a pris le départ. Il termine deuxième du trophée. Un résultat encourageant pour la suite de sa carrière. Nous l'avons rencontré.

Martial, tu t’es inscrit très tardivement au Rallye du Chablais, peux-tu nous expliquer en quelques mots ce qui s’est passé ?
J'ai eu des problèmes de dos qui m'ont bloqué pendant q:uasiment tout l'hiver mais la situation se rétablit peu de temps avant le début du rallye et comme les engagements ont été prolongés, je me suis dit pourquoi pas vu que mon dos va mieux. En seulement 3 jours, j'ai dû trouver une voiture, finir de réunir le budget, commander ma licence. Comme vous pouvez le comprendre, ça a vraiment été une course de dernière minute.

34583540 1839190546149565 9214530846675959808 o

Tu pars dans ce rallye sans roulage, sans pilotage, depuis 8 mois... c’était quelque peu l’appréhension ?
Oui j'avais beaucoup d'appréhension avant le shakedown car comme tu l'as dit ça fait longtemps que je n'ai pas roulé et aussi la voiture change quelque peu puisque je ne roule pas avec la même essence que l'année passé. Je roule avec une essence plus puissante et dans mon ancienne voiture, j'avais une palette au volant. Là j'ai le levier de séquentielle donc quand même pas mal d'appréhension avant le départ mais je me suis très très vite senti à l'aise dans la voiture, les sensations étaient bonnes et j'ai très vite pris confiance en moi.

Le résultat est satisfaisant voire inespéré on l’imagine. Comment avez-vous forgé ce succès ?
Ce résultat est clairement inespéré. Si on m'avait dit avant le rallye que je finirai sur la deuxième marche du podium, je l'aurais jamais cru. C'est le meilleur résultat de ma courte carrière qui débute car après seulement mon 4e rallye finir sur un podium c'est inespéré. Au départ du samedi matin, on était 3e ex-aequo avec Ricardo Araujo ce qui promettait une bonne bataille pour la troisième place. Malheureusement, il crève un pneu dans la spéciale de Champéry et perd plus de 4 minute. A ce moment-là, je me suis dit plus besoin d'attaquer, il y a plus qu'à finir ce rallye pour faire un magnifique résultat et dans le deuxième passage de Champéry, lorsqu'on arrive au point stop, Styve Juif était juste devant nous. C'est là que j'ai compris qu'il avait perdu beaucoup de temps et que nous grimpions à la deuxième place du trophée. J'ai regardé Samantha et je lui ai dit "on assure, on termine ce rallye et on monte sur notre premier podium" donc pour les deux dernières boucles, on est parti sans pression, on a roulé pour se faire plaisir et pour être sûr d'arriver au bout.

34747351 1839290022806284 1484367455143854080 o

Être 2eme devant des pilotes bien plus expérimentés, ça donne quoi comme émotion ?
Beaucoup de larmes de joie. J'ai eu de la peine à y croire. Tous ces pilotes qui roulent la saison complète ont beaucoup plus d'expérience que moi, ont beaucoup plus de kilomètres au compteur que moi, j'ai à peine 500 kilomètres de spéciales après ce Rallye du Chablais et même maintenant je peine à y croire que j'ai réussi à finir sur le podium.

Du coup, la suite de votre saison, vous la voyez comment ?
Je vais surtout me concentrer sur le Rallye Intenrational du Valais et si le budget le permet, pourquoi pas aussi le Rallye du Mont-Blanc, toujours au sein du Clio R3T Alps Trophy car l'ambiance dans ce trophée est extraordinaire. Brice fait un travail au top, il nous aide beaucoup et nous prodigue beaucoup de conseils. Même nos adversaires sur le papier m'aide, me donne des conseils... C'est le bon esprit du sport mécanique.

Le savoir-faire de c'iMagine au profit du rallye depuis plus de 10 ans

Quand on évoque c'iMagine dans les paddocks de rallye, nul doute que la plupart des afficionados de la discipline connaissent ce nom. c'iMagine, c'est l'entreprise créée par Christelle et Marc Gyger qui ont formé, durant 10 ans, un équipage en rallye. La passion de la direction s'est gentiment propagée avec désormais trois navigatrices au sein de l'entreprise, dont Jessica Bayard qui copilote son ami Cédric Althaus en Ford Fiesta R5. Débutant d'ailleurs aux côtés de Marc en voiture ouvreuse du Critérium Jurassien, c'est désormais sur les podiums que l'on retrouve la demoiselle. A l'occasion du Critérium Jurassien, couru à domicile pour c'iMagine, l'entreprise a marqué un grand coup en réalisant un travail conséquent sur la voiture du duo. Nous avons rencontré Christelle Gyger pour nous en parler.

Peux-tu présenter c’iMagine en quelques mots ?
Depuis 18 ans, nous sommes actifs dans le domaine publicitaire de A-Z, allant de la création de logo à la réalisation sur tous supports tels que bâches, panneaux, marquages sur véhicules, autocollants, objets promotionnels, drapeaux et également importateur pour la Suisse de la marque LPtent. Nous sommes une équipe de 9 personnes complémentaires : graphiste, polydesigner 3D, réalisateur publicitaire, employé de commerce, etc.

L’histoire d’amour entre c’iMagine et le rallye a débuté il y a très longtemps. Tu peux nous en dire un peu plus ?
Oui c’est une passion ! Marc et moi-même avons pratiqué le rallye pendant 10 ans. Puis Jess (Jessica Bayard) nous a rejoint il y a 8 ans. Elle a été rapidement un véritable pilier de c’iMagine de par ses compétences professionnelles. Puis le virus rallye l’a aussi frappé et la voilà maintenant en haut du plateau ! Actuellement, au sein de l’entreprise, 3 collaboratrices pratiquent le rallye ! C’est donc tout naturellement et avec grand plaisir que nous soutenons ce sport !

9 CopierLa Ford Fiesta R5 devant la banderole c'iMagine - LP Tent, l'un des sponsors principaux du Critérium Jurassien

Depuis 10 ans, c’iMagine soutient les trophées organisés en Suisse. c’iMagine a d’ailleurs été le premier partenaire à répondre favorablement au moment de la création d’inforallye.ch voilà 7 ans. Et tout récemment, vous avez mis à disposition votre savoir-faire afin de créer un visuel sur la voiture du duo Cédric Althaus / Jessica Bayard. Tu peux nous expliquer ce qui a été créé pour ce véhicule ?
Nous réalisons les autocollants de la Ford Fiesta R5 pour tous les rallyes mais nous avons trouvé un compromis avec une déco simple (mais efficace) et rapide à coller car ce n’est pas nous qui la posons habituellement. En revanche, pour le Critérium, nous étions à domicile, la voiture dispo un jour entier, l’occasion rêvée pour s’éclater un peu plus ! Jess et Cédric nous ont presque laissé carte blanche. Nous avons donc opté pour un covering original avec un noir mat sur lequel était imprimé notre logo en légère surimpression brillante (une idée originale de Jess), rendue possible avec notre toute nouvelle machine d’impression de dernière génération. Et puis, nous avons ajouté quelques touches de bleu métallisé mat, pour garder l’esprit des couleurs du team ART 2018 ! Pour créer la déco, nous n’avions pas préparé de projet ni de prédécoupe. Notre but était de la réaliser en suivant notre inspiration du moment et selon les courbes de la voiture. Nous avons donc utilisé un filet « knifeless » que nous posons sous l’autocollant et qui ensuite découpe la matière sans abîmer la carrosserie à l’aide d’un fil coupant présent dans ce filet. Pour toute l’équipe qui a œuvré sur la voiture ce jour-là, c’était un réel plaisir de pouvoir travailler avec cette technique « improvisée » et sur cette voiture !

5 Copier

Ce genre de covering est une activité que vous faites souvent ? Ca prend combien de temps ? C’est un travail délicat ?
Nous réalisons une centaine de marquages de véhicules par année ! Certaines fois du total covering et certaines autres un simple logo d’entreprise. Oui, un collage sur véhicule reste toujours un travail délicat qui demande du savoir-faire. Un total covering peut prendre plusieurs jours !

c’iMagine travaille dans différents domaines. Du textile aux objets publicitaires en passant justement par les autocollants. Vous vous êtes diversifiés avec le temps, pour satisfaire un maximum de clients ?
Le secteur dans lequel nous nous sommes développés par la suite (il y a 10 ans) est la gamme LPtent. Au début parce que nous faisions passablement de marquages sur des tentes, puis ensuite le secteur évènementiel s’est développé toujours plus, avec la gamme de mobilier pliable Zown par exemple.

6 Copier

L’avenir de c’iMagine, vous le voyez comment ?
Nous avons toujours été à l’avant-garde des technologies avec nos différentes machines d’impressions. Tout notre secteur se développe sans cesse au niveau des matériaux et des tendances graphiques, nous devons perpétuellement nous renouveler et être à la page !

2 CopierTravail minutieux de la part de l'équipe de c'iMagine sur la Ford Fiesta R5 du duo Althaus/Bayard

Cédric Forestier s'expatrie en Italie pour rouler sa Clio Williams

Cédric Forestier est un passionné d'automobile, de rallye et plus particulièrement de Renault Clio Williams. Cette voiture, qui l'a emmené jusqu'au sein du top 10 du Rallye International du Valais par le passé, est désormais interdite de courir en Suisse. Nous en parlions avec l'un des autres propriétaires de Clio Williams, Mathieu Wyttenbach. Plutôt que de se rabattre sur une autre voiture comme l'a fait Mathieu, notre interlocteur a choisi de s'expatrier pour profiter de sa belle. Rencontre avec le vaudois prêt à s'en aller direction le Rally di Lecco Vicino, dans le nord de l'Italie, ce week-end.

Cédric, peux-tu en préambule te présenter et présenter ton parcours automobile jusqu’ici ?
Je suis menuisier de formation avec une grande passion pour la mécanique comme hobby. Une fois le permis en poche, j’ai commencé à m’intéresser aux sports mécaniques et surtout au rallye. Je me suis retrouvé comme spectateur du RIV en 1995 avec des autos mythiques mais surtout la Clio Kit Car du Belge Munster et l’impressionnant Gillet avec une Clio Williams Gr.N. Il n’en fallait pas plus pour allumer la flamme ! J’ai pris le départ de 15 rallyes depuis le Valais 2000 et mon meilleur résultat est une 10ème place au général du même rallye, en 2005 au volant de mon rêve, une Williams Gr.A.

Hélas, cette même voiture qui t’a fait rêver et accéder à ce résultat, que tu as dans ton garage actuellement, ne te permet pas d’être au départ d’une épreuve en Suisse.
Effectivement l’homologation ISA s’est terminée à la fin 2017. J’ai échangé quelques mails et courriers avec la CSN (Commission Sportive Nationale) et j’espère vraiment que nos dirigeants vont s’atteler au problème et qu’une bonne nouvelle arrivera pour 2019.

db31341d fec9 4c94 ae7d e62e54a8f921 002
La Renault Clio est prête pour son rallye en Italie

Pourquoi le choix de garder cette voiture malgré tout sans savoir combien de temps elle sera interdite de course en Suisse ?
J’ai toujours voulu avoir une Clio Gr.A dans mon garage, je suis un fan inconditionnel de cette voiture.
Si je ne me trompe pas, dans 4 ans elle aura 30 ans et je pourrai faire la demande pour obtenir le fameux PTH, le passeport technique historique qui ouvre les portes du VHC.

La subtilité avec cette voiture, c’est que tu peux rouler à l’étranger… comme tu vas le faire ce week-end. Pourquoi le choix de ce rallye ?
Pendant mes années de location chez Orange Cars, j’ai noué une grande amitié avec Ivan Cominelli et c’est vers lui que je me suis tourné pour qu’il me trouve un rallye pas trop loin.

Tu seras accompagné d’une navigatrice italienne. De qui s’agit-il ?
Je ne connais pas grande chose d’elle à part son nom ! Elle s’appelle Valeria Curti et c’est Ivan qui me l’a proposée. Je me réjouis d’attaquer les recos pour voir si j’arrive à m’adapter rapidement et faire baisser d’un crans la tension
(sourire crispé).

bfb9cbb0 b41e 4808 b342 257df9b6fc74
Les noms ont été apposés sur les vitres arrières de la Clio.

On imagine le stress des notes en italien ?
Oui un gros stress ! Ça fait une semaine que je regarde des caméras embarquées en italien pour me familiariser avec une langue que je ne parle pas. Pour l’instant, l’échange de WhatsApp se fait grâce à Google
(toujours très crispé).

La suite de ta saison, tu l’entrevois comment ?
Si ce rallye se passe bien au niveau de l’équipage, pourquoi pas remettre ça pour septembre-octobre... Je garde aussi un œil sur le Rallye du Mont-Blanc auquel j’ai participé en 2001 et dont je garde un excellent souvenir.

21570 1264233819057 4639220 n
Souvenir du Valais 2005 où l'attaque de Cédrid lui a permis de terminer 10ème de l'épreuve

A noter que les pilotes suisses Davide Chiappa (Renault Clio S1600) et Daniele Servidio (Peugeot 208 R2) seront également de la partie. Toutes les infos concernant ce rallye et pour suivre le parcours de Cédric et Valeria, ainsi que des autres helvètes, rendez-vous sur le site de l'organisateur www.rallyacilecco.it.

Alissia Ramel, fille de rallyman, en mode course lors du Rallye du Chablais

Le Rallye du Chablais sera quelque peu différent par rapport à d'habitude pour la famille Ramel de St-Maurice. Patrick et Nadia, les parents, verront leur fille Alissia pour la première fois dans un baquet de copilote, de façon officielle. La jeune fille a déjà baigné dans le sport auto - quand ses parents en font, c'est toujours plus facile - et a même participé aux côtés de son père à différentes courses, mais c'est la première fois qu'Alissia sera véritablement engagée en tant que concurrente d'un rallye tel que nous avons l'habitude d'en parler ici sur inforallye.ch. Fini la régularité, place à la course, la vraie, pour Alissia qui s'élancera pour la première fois sur les routes du Rallye du Chablais dans le baquet de droite d'une Citroën C2 R2. Rencontre avec elle à l'aube de cette première expérience.

Alissia, peux-tu te présenter en quelques mots ? Ta formation actuelle est dans le domaine automobile n’est-ce pas ?    
Je m’appelle Alissia. J’ai 19 ans. J’habite à St-Maurice. J’ai pratiqué pendant 11 ans du judo. J’ai grandi dans une famille qui est passionnée de sport auto. Et je suis actuellement en apprentissage de mécanicienne auto.

Tu as déjà goûté au sport auto par le passé mais pas encore en étant concurrent dans une épreuve. Qu’as-tu déjà fait comme séance de copilotage ?     
Avec Mathias Rossetti, mon futur pilote, nous nous sommes déjà vus pour s’entraîner à la prise des notes. Sinon je navigue mon papa dans des rallyes de régularité. L’année dernière, j’ai également ouvert, toujours avec mon papa, le Rallye du Chablais.

Ta famille a baigné dans le sport auto avec tes parents qui ont parcouru de nombreux rallyes. C’était normal de tomber là- dedans par la suite du coup ?          
« Normal », je ne sais pas mais moi j’ai été passionnée depuis toute petite et j’allais voir beaucoup de courses automobiles. J’ai donc toujours rêvé de pouvoir faire du rallye et ce rêve devient enfin réalité.

Tu seras aux côtés de Mathias Rossetti pour cette première expérience, on l’a dit. Comment en êtes-vous arrivés à rouler ensemble ? Avec la C2 ?           
Je cherchais un pilote qui avait de l’expérience afin de m’en apporter et je connaissais Mathias. Je lui ai proposé de faire un rallye ensemble et l’aventure a commencé. Le choix de la C2 était une évidence comme Mathias en possède une. Alors pour un début, ce sera parfait.

13613231 1033373623407391 2347186556634586359 o
Photo, Gea Daldini

Ce n’est pas trop stressant de se mettre dans le vrai rôle du copilote désormais ?   
Pour le moment non car j’ai la chance de pouvoir bénéficier de beaucoup de conseils de navigateurs expérimentés et Mathias m’aide énormément aussi.

Ton copain roule depuis quelques temps en slalom avec des résultats plus qu’intéressant. Vous envisagez de faire prochainement du rallye ensemble ?  
Nous avons déjà parlé de faire du rallye ensemble. Mais ce n’est pas un projet que nous avons dans l’immédiat. Mais pourquoi pas dans le futur.

22046861 491151314597669 4599060658285840993 n
Alissia et son copain Alex à l'occasion du Slalom de Drognens en 2017

Qu’est-ce que tu appréhendes le plus et au contraire qu’est ce qui te motive le plus dans cette nouvelle aventure ?               
Ce que j’appréhende le plus c’est de ne pas être à la hauteur de mon pilote. Ce qui me motive le plus c’est de pouvoir enfin réaliser mon rêve de petite fille aux côtés de Mathias.

Rencontre avec Sébastien Fleury au départ du prochain Rallye du Chablais

Le Rallye du Chablais, à la fin mai, fêtera ses 15 ans. Sébastien Fleury, amateur de sport automobile et plus particulièrement de rallye depuis sa tendre enfance, prendra part à l'épreuve pour la première fois de sa jeune carrière. Après une première expérience lors du dernier Rallye International du Valais, le régional de l'étape sera donc au dépat d'Aigle avec cette fois-ci la voiture qu'il a monté avec son ami José qui a troqué la place dans le baquet de droite initialement prévue pour celle de chef d'assistance. Avant la dernière ligne droite qui l'emmènera sur le podium de départ du Chablais, nous avons rencontré le quarantenaire qui se lance dans l'aventure qui lui a toujours fait rêver. Rencontre.

Sebastien, peux-tu te présenter ainsi que ton parcours en sport auto ?     
J’ai 45 ans, je suis marié et j’ai 3 enfants. Je suis responsable d’un service de transports dans une grande entreprise dans le Chablais. Depuis tout petit, j’ai toujours baigné dans la mécanique, mon père avait un garage. J’ai fait quelques slaloms en local dans les années 90 avec une R11 turbo, mais j’ai vite arrêté par manque de moyens financiers. J’ai remis le couvert entre 2001 et 2005 avec une Clio 16S et là j’ai commencé également la côte. J’ai à nouveau stoppé pour l’achat d’une maison. 12 ans plus tard, en 2017, j’ai été invité au Rallye du Chablais par une entreprise avec qui je travaille et à mon retour de cette journée, ma femme m’a dit que j’avais des étoiles pleins les yeux et elle m’a dit : « t’attends quoi pour recommencer ? » et là, ben gazzzzz, mais cette fois en rallye. J’ai fait mes 4 courses en 2017 afin d’avoir ma licence NAT. J’ai également participer au Rallye International du Valais 2017 au volant d’une Subaru GT, ce qui n’était pas du tout prévu car le pilote n’a pas pu se libérer à temps, mais cette voiture devait absolument prendre le départ, car c’était pour une association, donc … commande en urgence de la licence NAT (rires).

31421574 1833413663384736 828797897783902208 n
La Renault Clio de Sébastien Fleury

Tu seras au départ du Chablais, avec qui a tes côtés ?          
Normalement je devais rouler avec mon pote de toujours, José Gonzalez, mais malheureusement pour diverse raisons, il ne prendra pas le départ avec moi sur ce rallye, mais il aura en charge l’assistance. Du coup, je vais rouler avec Sandrine Lamoudru, qui a été également ma co-pilote au Rallye International du Valais l’an dernier et avec qui ça s’est super bien passé. Elle vraiment top, une vraie nounou (sourire).

23754848 1906962772653677 4315787214056551477 n
Le duo Sébastien Fleury / Sandrine Lamoudru lors du Rallye International du Valais 2017

Pourquoi le choix de la Clio pour le rallye ?   
Depuis tout petit j’ai toujours été un pro-Renault vu que mon papa avait un garage de cette marque. De plus, cette Clio est un vrai karting et l’entretien est relativement bon marché. Sans oublier qu’il existe beaucoup de pièces pour la faire évoluer.

Avec quels objectifs prends-tu part au rallye ?         
Nous faire plaisir et si possible être à l’arrivée.

Cette saison tu as prévu deux rallyes et une côte. Un budget déjà conséquent pour une voiture privée ou c’est encore supportable ?
Pour le moment c’est encore supportable, mais si une grosse casse (sortie ou mécanique) devait se produire, il y a de fortes chances que je ne puisse plus rouler cette année. J’ai quand même pas mal de chances, car j’ai trouvé quelques partenaires qui m’aident financièrement et que je remercie infiniment.

C’est toi qui t’occupe de la révision de la voiture ?   
Le 99% est fait par mon pote José Gonzalez, qui est le « Mac Gyver » de la mécanique. Il trouve toujours une solution. Sans lui, j’arrête de suite !!!

Quel est ton type de parcours que tu préfères ?        
J’aime beaucoup ce qui est technique et sec, car cette voiture est vraiment très maniable. Par contre j’aime pas du tout la pluie…

Quelles sont les qualités selon toi que tu retrouves dans le rallye et pas dans les autres disciplines ?     
Déjà tu dois apprendre à écouter la personne qui est côté car ce n’est plus du par cœur comme en slalom et en côte. Tu dois savoir rester concentré beaucoup plus longtemps. De plus, je suis entouré d’une super équipe avec qui on rigole beaucoup.

22829604 10155838645329181 7650003791271221349 o
La Subaru Impreza que le duo a étrenné lors du Rallye International du Valais 2017
Photo, Trusk Images

Quel est ton premier souvenir en rapport avec le rallye dont tu te souviens ?         
Je suis né à Chemin-Dessous, et dans les années 70-80, la spéciale du Col des Planches du fameux Rallye du Vin se terminait à 10 mètres de ma maison. Je voyais arriver ces fabuleuses groupes B avec des freins en flammes et l’odeur de la gomme cramée m’est restée et j’aime toujours autant ça ! Je me souviens d’Éric Ferreux et de Marc Surer avec sa superbe R5 turbo. Je trouve qu’il y avait beaucoup plus de spectacle en ce temps-là.

Si tu avais un seul rêve en rapport avec le rallye ce serait lequel ? 
Il y en a pas mal, mais le principal je pense…… pouvoir m’aligner un jour au Rallye International du Valais avec une R5.

Nicolas Glassey tirera sa révérence lors du Rallye du Chablais en Renault Clio R3T

Nicolas Glassey participera au Rallye du Chablais à la fin de ce mois dans le cadre du Clio R3T Alps Trophy. Une opportunité pour le pilote chablaisien de se mesurer à la concurrence féroce de ce trophée, mais aussi de marquer d'un point final sa carrière en sport automobile qu'il a débuté voilà trente ans déjà. Nicolas, au moment de raccrocher son casque, nous dresse son portait, nous explique le choix du trophée Renault mais également ses meilleurs souvenirs de toutes ces années passées derrière le volant d'une voiture de course. Rencontre.

Nicolas, peux tu te présenter ainsi que ton parcours en sport auto ?
Je suis né en 1970, j’habite Vérossaz, marié et père de 2 ados, mécanicien auto de profession et actuellement instructeur à la Protection Civile de Martigny. J’ai débuté en sport auto dès mon permis en poche en 1988 par des slaloms en non-licencié. En 1990, j’ai effectué mon cours de licence au Castellet. Puis 1991, début en rallye au Critérium Jurassien comme navigateur d'un ami d'enfance, Alain Fournier, suivi des participations au Alpes Vaudoises et au Rallye du Valais. En 1992, David Luyet m’engage comme mécanicien-navigateur professionnel avec la Clio gr.A de Renault Suisse. Puis en 1995, un autre ami d’enfance, Victor Fournier, me propose de participer au trophée Clio Williams comme navigateur, tout en effectuant la préparation et la maintenance de la voiture. Suite à une grosse sortie de route au Rallye de St-Cergue 1995, je décide de ne plus naviguer. Pendant toute cette période, en parallèle, j’ai participé à des slaloms et courses de côtes. En 1997, Christian Studer, pour qui je prépare les voitures, me propose de me lancer en rallye en me mettant à disposition sa Peugeot 205GTI gr.N pour le Rallye des Alpes Vaudoises. L’année suivante, il met à ma disposition sa Clio mini gr.A pour le même rallye. J’office ensuite comme ouvreur au RIV 2007, puis au Critérium 2008, 2009, 2010, tout ça avec la Clio que j’ai construit et que je fais évoluer au gré de mes moyens financiers. En 2012, mon navigateur Fabien Plaschy, qui fait du hockey sur glace avec moi, me motive à participer au RIV avec une Saxo Kit-car, ma Clio n’étant pas homologuée. Puis plusieurs participations au Critérium et au Rallye du Chablais jusqu’en 2017, au gré des ennuis mécaniques ...

18446877 1887615551506558 2065560955645475424 n
C'est une Clio R3T de chez Rageau Sport Location qu'étrennera Nicolas Glassey

Le Rallye du Chablais marquera un tournant, puisque tu as décidé de raccrocher le casque après cette course. Pourquoi ce choix ?
Début 2017, Mathieu Wyttenbach me propose de racheter ma Clio. Vu le coût toujours plus élevé pour rouler en sport automobile et mon âge avançant, je décide d’accepter sa proposition, mais après le Rallye du Chablais. Afin de me faire un dernier plaisir, j’ai mis de côté une partie du montant de la vente afin de louer une voiture pour un rallye en 2018, le Critérium ou le Chablais. Après discussion avec Fabien, l’option de faire le Chablais, à la maison, proche de nos fidèles partenaires, comme dernière course, est prise.

11154842 1623395161228727 4325997787053174842 o
La Renault Clio lors du Critérium 2015
Photo, Videorace

Justement, tu le dis, cette dernière participation se fera à domicile. C’est encore plus grisant ou au contraire stressant étant donné que tous tes fans seront là ?
Je vais aborder ce rallye comme je les ai toujours tous abordés, avec le seul objectif de prendre un maximum de plaisir.

Ton choix pour ce dernier rallye s’est porté sur une Clio R3T et l’Alps Trophy. Pourquoi ce choix ?
Je voulais rouler une fois dans ma vie avec une voiture moderne, performante et d’un coût raisonnable. Suite à une discussion avec Florian Gonon qui roulait avec une Clio R3T au Critérium 2017, l’idée de louer une telle voiture a commencé à trotter dans ma tête. J’ai appelé Brice Zufferey, le promoteur du trophée, pour lui demander quelques renseignements. Il m’a convaincu de participer au Clio R3T Alps Trophy grâce à la formule "Just for fun". De plus, je pense que mon style de pilotage, « très coulé », conviendra parfaitement à cette voiture.

Tu n’as pas peur de te prendre au jeu et vouloir continuer après cette expérience « en équipe » ?
Oui, bien sûr que je crains de me prendre au jeu, mais mes moyens financiers me rappelleront rapidement qu’il ne s’agissait que d’une « pige »... Et les chronos certainement aussi, car je pense que suivre le rythme sera très difficile pour moi, et comme je suis un compétiteur dans l’âme (sourire)...

Le temps que tu prenais pour le rallye sera pris pour quelles activités désormais ?
L’automobile est une véritable passion pour moi, et comme j’aime bien les « vieilleries », je restaure des anciennes voitures. J’aime aussi beaucoup voyager, donc je ne vais pas m’ennuyer.

Quel est ton meilleur souvenir en rallye que tu gardes jusqu’a présent ?
Il y en a beaucoup, dont l’ambiance rallye des années 90. Mais le meilleur est sans doute l’osmose qui s’était installée dans la voiture l’année dernière, dans la spéciale des Rives, avec Fabien. Ça restera un Grand moment.

Et si tu avais un regret jusqu’à maintenant, ce serait lequel ?
Les contraintes imposées par les autorités sportives, car elles sont un frein à la pratique de ce magnifique sport d’équipe qu’est le rallye.

Yoan Loeffler, un an après : "Si ça ne tenait qu'à moi, je serai déjà dans une voiture"

Il y a un peu plus d'une année, l'appel à la radio des commissaires au poste 13 - coïncidence diront peut-être les plus supersticieux - de la spéciale entre Goumois et Les Enfers lors du Critérium Jurassien a glacé le sang de tous les responsables de l'épreuve. L'équipage Yoan Loeffler et David Rappaz a été victime d'une violente sortie de route contre un arbe à quelques encablures de l'arrivée. Le pilote est inconscient et devra être désincarcéré. Son copilote, moins touché, s'en sortira avec quelques jours d'hôpital alors que Yoan passe par l'étape du coma, des hôpitaux universitaires puis de la rééducation. Une année après, comment se porte le jeune de 21 ans ? Nous l'avons rencontré juste avant "son" rallye, le Rallye du Chablais, manche durant laquelle il avait débuté sa carrière voilà deux ans. Interview.

Yoan, une année après ton terrible accident, comment vas-tu ?
Ça va vraiment bien. Physiquement, j’ai tout repris. Je travaille beaucoup afin d’être encore en meilleure forme qu’avant mon accident ! Niveau neurologique, il y a toujours une progression mais qui est minime à présent, c’est naturel et compréhensible, mais ça va vraiment dans le bon sens et j’ai de moins en moins de perte de mémoire, d’attention et de comportement.

14138612 1098547310231703 2664918578228205137 o

Tu es retourné cette année au Critérium en tant que spectateur. Ce n’était pas trop dur ?
Honnêtement, non du tout, je dois dire que la seule chose compliquée était d’être au bord des routes et non dans une voiture, mais j'y ai pris du plaisir en voyant passer ces bolides et en supportant les amis du rallye. Le plus dur était certainement pour mes proches, car c’est eux qui ont vécu ces moments compliqués. Une année après, ce n'est toujours pas simple et je les comprends ! Ce rallye était un rallye comme les autres avec quelques bons souvenirs qui revenaient tout de même.

Est-ce qu’un jour on pourrait revoir le retour de Yoan en compétition ? C’est un de tes buts en particulier ?
Si ça ne tenait qu’à moi, je serai déjà dans une voiture (rires). Mais cet accident m’a fait retenir beaucoup de choses, il m’a appris à me canaliser, à ne pas brûler les étapes et surtout à me montrer raisonnable. Étant en dernière année de CFC, mon principal objectif est donc de le finir et de le réussir. Puis il y a tout le travail en amont que peu de personne voient... Convaincre les assurances de me laisser reprendre ce sport, à ma sortie de la SUVA de Sion en juin, ce qui n'était pas gagné d’avance! Je me suis concentré sur ma remise en état physique et neurologique puis sur mon CFC. Surpris des efforts et des résultats très positifs après si peu de temps, on a alors pu en reparler et on est sur le bon chemin. J’annoncerai mon retour en tant voulu.

Tu seras au bord des routes lors du prochain Rallye du Chablais, là où l'aventure a commencé pour toi ?
Normalement oui... 4 jours après le rallye, je serai en examens donc on verra. Mais de toute façon, j’aurai de toute manière pas le choix de suivre un minimum, la spéciale de Bex-Lavey passe devant ma maison, alors si ce n’est pas au bord des routes, ça le sera par la fenêtre de ma chambre (rires) !

13268240 812453575557885 4878634647385496201 o
Yoan Loeffler et David Rappaz lors de leur premier rallye sur les routes du Chablais 2016
Photo, Massimo Prati

Après la côte et le slalom, Yves Bracelli tente l'expérience du rallye

C'est un nouvel acteur du monde du rallye qui va faire son apparition lors du prochain Rallye du Chablais. Yves Bracelli, connu pour ses qualités de pilote en côte et slalom, va se lancer dans le grand bain du rallye à l'occasion de l'épreuve de la fin mai avec Steve Niederhauser à ses côtés. L'occasion pour inforallye.ch de vous présenter ce néo-rallyman pour qui le challenge des spéciales sera un nouvel apprentissage après avoir amadoué sa 106 dans d'autres disciplines. Rencontre.

Yves, peux-tu te présenter en quelques mots et présenter ton parcours en sport auto jusque là ?
J’ai 29 ans je suis marié et papa d’un petit garçon d’une année. J’habite à Veytaux et travaille comme charpentier à Roche. Ma passion pour le sport auto a débuté très jeune lorsque j’allais voir avec mon papa des rallyes et des slaloms. Dans mon enfance, j'ai découvert le karting sur la piste indoor de Denges. En 2011, j'ai acheté la Peugeot 106 et participé à quelques slaloms en local. J'ai continué sur cette voie de 2012 à 2014 avec quelques slaloms et courses de côtes en licence régional désormais. Dès 2015, j'ai passé à l'étape supérieure avec la licence national, avec de multiples podiums de classe ainsi que de groupe. En 2016, j'ai eu le plaisir d'être titré vice-champion du championnat Fribourgeois. En 2017, j'ai clôturé la saison sur un 4ème rang de ce même championnat.

Ce sera ton premier rallye alors que tu connais bien les autres disciplines sportives. C’est quand même malgré tout une appréhension on imagine ?
Oui c’est sûr que j’ai quelques appréhensions, car je me lance dans une nouvelle discipline où il y a une multitude de nouveautés pour moi, que ce soit en premier lieu au niveau des notes en devant mettre en place un système de note efficace et claire ou alors la découverte des pneus de rallye qui vont bien me changer des slicks super soft. Et puis il faudra aussi que j’apprenne à gérer le rythme de course qui n’a rien à voir par rapport aux courses de côtes ou slaloms.

Pourquoi avoir choisi le rallye ? Et pourquoi maintenant ?
J’ai toujours voulu faire du rallye, à la base je voulais en faire avec la 106 et puis j’ai commencé les slaloms et les courses de côtes en me disant que je me lancerai plus tard. C’est au début de l’année que j’ai pris la décision de faire le Rallye du Chablais, et puis c’est en quelques sorte mon cadeau de mes futurs 30 ans….

Vous serez à bord de quelle voiture ? 
Nous serons au départ à bord d’une Citroën C2 R2 Max de l’équipe Auto Léman Sport. Mon choix s’est porté sur la location d’une voiture plutôt que la 106 qui est préparée essentiellement pour le slalom et la course de côte. Je n’avais pas envie d’aller la maltraiter dans les cordes ou autres sauts que nous allons rencontrer en rallye sans oublier l’investissement qu’il y aurait eu en termes de pièce de rechanges ou de nouvelle suspensions par exemple.

22382306 1315042408606546 5389683549582695199 o
Photo, Auto Léman Sport

Tu seras accompagné de Steve Niederhauser. Comment est-ce que vous vous connaissez ? Avoir quelqu’un d’expérience à tes côtés, c’était une condition sine qua non ?
J’ai connu Steve en 2011 lorsque je lui avais acheté mon actuel Peugeot 106. Avoir quelqu'un d'expérimenté était un peu une condition car en débutant dans le monde du rallye, je voulais avoir une personne d’expérience à mes cotés pour me guider et me faire bénéficier de son expérience afin de progresser un maximum. Merci à Steve d’avoir répondu présent.

Est-ce que tu prépares activement cette échéance ?
Oui je prépare ce rallye avec l’aide de Steve qui me donne un coup de main à mettre en place un système de note qui me convient et qui est clair. Je passe du temps à me dicter des notes sur des petites routes pour que cela devienne un automatisme lors des futures reconnaissances. Nous allons aussi faire une séance d’essais courant mai pour que je puisse me familiariser avec cette auto. Et puis je passe aussi du temps à essayer de démarcher quelques partenaires pour pouvoir participer à ce rallye et parallèlement continuer de rouler en slaloms et courses de côte.

19223048 414088605657950 8509954144768457892 o
La Peugeot 106 d'Yves qu'il utilise sur les slaloms et courses de côte
Photo, Christophe Automopho

On connait ton coup de volant en côte et slalom. Mais le rallye est bien différent malgré tout. Tu penses que ton expérience pourra t’aider à être dans le coup dès tes premiers tours de roues ?
C’est une question un peu piège. Oui je pense que cette expérience pourra m’être utile dans le pilotage de la C2 mais il ne faut pas griller les étapes ni être trop confiant car il y aura tellement de nouveautés pour moi. Nous verrons bien après quelques tours de roue où nous nous situerons.

Cette expérience du Chablais en appelle d’autres d’ores et déjà maintenant ou c’est plutôt un one-shot ?
Pour le moment il a y le Chablais et c'est tout. J’espère qu’il y en aura d’autres mais le nerf de la guerre dans ce sport reste le budget. Mon but pour le moment c’est de prendre un max de plaisir et surtout de terminer le rallye, peu importe le résultat.

Retour sur le premier rallye de Quentin Salomon à l'occasion du Crité 2018

A l'occasion du Critérium Jurassien, la délégation régionale d'équipages était importante. Parmi eux, Quentin Salomon a participé à son premier rallye et a rallié l'arrivée. De quoi le voir avec un grand sourire au moment de franchir le podium d'arrivée, un carton de bières sur le capot. Apparemment, on a su fêter comme il se doit cette première épreuve dans le clan des Salomon. Enfin, la première épreuve du neveu puisque le tonton est bien connu dans le monde des courses automobiles. Afin d'en savoir un peu plus sur ce jeune motivé, nous l'avons rencontré à l'issue du Crité pour lui poser quelques questions. Rencontre.

Quentin, peux-tu te présenter en quelques mots et présenter ton parcours en sport auto ?
Quentin Salomon, né à Fregiécourt le 13 août 1994 dans une famille de passionnés de voiture. Je travaille chez Louis Chevrolet à Porrentruy en tant qu’horloger. Depuis mon plus jeune âge j’accompagne mon père pour aller rouler sur les circuits automobiles et également suivre mon oncle lors de ses participations à des courses, telles que des rallyes, slaloms et courses de côte... Moi-même j’ai commencé par le Slalom de Bure en Local, 2 années de suite avec une Ford Fiesta. J’ai acheté la Peugeot 106 l’année dernière avec laquelle j’ai participé à 4 slaloms et à la course de côte de St-Ursanne -Les Rangiers.

30740024 1790332491035371 7285736844510101504 o

Tu parlais justement de ton oncle dans les différentes courses auxquelles il participe. En rallye, c’est avec une R5 qu’on le retrouve. Il s’agit, vous l’aurez compris, de Jean-Marc Salomon... ça aide d’avoir quelqu’un comme lui pour se lancer dans le grand bain du rallye ?
Oui bien sûr, mon oncle me donne tous les bons conseils nécessaires à débuter les courses le plus sereinement possible.

CRITERIUM JU 20180258
La Fiesta R5 de "tonton Jean-Marc"

A quel moment tu t'es dit. « il faut que je fasse du rallye plutôt qu'un autre sport » ?
Je dirais que c’est presque « inné » étant donné que j'ai toujours été baigné dans le domaine des courses automobiles et je n’ai jamais eu d’autres envies.

Et justement maintenant que tu as franchi le pas, que tu as participé à ton premier rallye. Est-ce que c’était à la hauteur de tes espérances ?
Mes objectifs principaux lors de ce premier rallye étaient de progresser dans cette discipline et de rallier l’arrivé, objectifs qui ont étés parfaitement atteints. J’attends avec impatience mon prochain rallye…

Justement, quel est ton programme ?
Peut-être un rallye en France mais je vais surtout participer à 2-3 slaloms et à la Course de St-Ursanne-Les Rangiers.

Si tu n'avais qu'un rêve, ce serait lequel ?
Mon plus grand rêve, comme la plupart des pilotes de rallye, serait de rouler en R5. Mais je serai déjà très heureux si j’ai la possibilité de rouler en R2.

quentin
Photo, Sonia Salomon