Merci à nos fidèles partenaires qui soutiennent ce site!

Les époux Studer à l'assaut du Monte-Carlo WRC

A la fin du mois de janvier, plusieurs helvètes prendront la direction de Monte-Carlo afin d'entamer l'épreuve éponyme, première manche du Championnat du Monde des Rallyes. Ismaël Vuistiner, vainqueur du Clio R3T Alps Trophy, accompagné de sa douce moitié Florine Kummer, parcourront les mêmes spéciales que Sébastien Ogier, Thierry Neuville et consort. Il en sera de même pour Olivier Burri, pressenti en Fiesta R5 mais qui, selon nos dernières informations, aurait troqué l'anglaise pour la Skoda Fabia R5 découverte lors du Rallye International du Valais. Autre équipage attendu dans la Principauté monégasque, c'est celui composé des époux Studer, Maude et Sébastien, qui tenteront l'aventure pour la première fois. "Séb' en rêve depuis toujours. Dans une carrière de pilote, ne pas faire de Monte-Carlo laisserait un vide selon lui" explique d'entrée Maude. "Faire le Monte-Carlo, c'est comme atteindre les JO pour un sportif." La comparaison est posée et on comprend l'intérêt pour l'épreuve inaugurale du Championnat du Monde quand elle est comparée aux Jeux Olympiques. "En plus, en tant que bons Chaux-de-Fonniers, on aime quand ça glisse" rigole Maude, tout sourire au moment de nous expliquer qui prendra le volant. Oui, car l'équipage est particulier, bien au-delà de rouler entre mari et femme. Les deux membres de l'équipage sont pilotes. Il est même arrivé sur certaines courses qu'ils s'échangent le volant. Mais cette fois-ci, ce ne sera pas d'actualité. "Notre ambidextrie affutée l'an dernier ne sera malheureusement (pour Maude !) pas à l'ordre du jour" explique Sébastien. "Mais ma licence pilote internationale est commandée... ça te poussera un peu à mettre du rythme pour ne pas devoir me laisser le volant" rigole son épouse. Mais au-delà de la boutade, un Rallye Monte-Carlo ne se prépare pas comme n'importe quel autre rallye. C'est une épreuve d'endurance - certes loin de ses standards de l'époque mais tout de même - et qui mérite une préparation particulière. "Séb en parlait déjà lors de notre rencontre en 2007, c'est dire s'il mijote sur le projet" explique Maude. "Ces 10 années nous ont laissé le temps de nous y préparer au mieux, tant sur le plan sportif que financier. Certes, on pourrait encore s'affûter davantage, mais il parait que les capacités diminuent à un certain âge" sourit la jeune demoiselle de 28 ans. On ne croira pas à une diminution de leur capacité, même si Sébastien affiche 10 ans de plus au compteur. "Notre choix s'est porté sur une Peugeot 208 R2 que nous avons pu tester sur le circuit de Flaine en France voisine. Nous avons opté pour cette 208 car nous voulions une voiture moins radicale et plus adaptées à des routes enneigées que la Clio R3 Max que nous avions au Rallye International du Valais. C'était le premier choix, mais finalement nous nous sommes ravisés à prendre quelque chose de plus simple à emmener sur les routes glissantes et enneigées." Ce rallye est un mythe. Un mythe de par ses conditions délicates et piégeuses qui sont souvent d'actualité. Avec les conditions météorologiques de ces derniers jours, nul doute que le Monte-Carlo ne trahira pas ses bonnes vieilles habitudes. De quoi apeurer notre paire neuchâteloise ? Pas si sûr. "La seule peur que nous avons est de ne pas être présent au mythique Col du Turini le dimanche et ne pas voir le podium final de Monaco. Les pièges ne nous font pas autrement peur, car c'est justement eux qui font toute la beauté de ce rallye" complète le pilote qui, quand on lui parle d'objectifs, reste plutôt vague. "Le premier objectif est de prendre du plaisir aussi longtemps que possible. Mais maintenant, rallier l'arrivée dans le top 50 serait effectivement l'apogée de ce rêve." Un rêve qui débutera jeudi 25 janvier par la première spéciale de nuit et d'une longueur de 37 kilomètres. Un morceau de choix, plus long que la spéciale des Cols du Rallye International du Valais. "Depuis que l'on a bloqué la date pour ce rallye, on s'est remis au sport en reprenant un abonnement au fitness et en passant nos vacances à la montagne où les activités coulent à flots, loin des cocktails habituels" sourit madame. "Côté mental, c'est surtout ces jours que cette préparation s'intensifie. On ne lésine plus sur les heures de sommeil, les tableaux Excel se multiplient et les caméras embarquées rythment nos soirées" complète pour sa part monsieur qui prendra le départ du 86ème Rallye Monte-Carlo en guise de "rêve de gosse" avec à ses côtés son épouse qui, elle, malgré la grosse échéance, a déjà quelque peu les yeux tournés vers l'avenir. "Un projet ambitieux avec un équipage féminin se mesurant dans un trophée "d'homme" est en gestation." Affaire à suivre, tout comme leur participation au Rallye Monte-Carlo qui débutera le jeudi 25 pour se terminer le dimanche 28 janvier, avec 17 spéciales au programme et près de 400 kilomètres de chrono. Infos complémentaires sur le site de l'épreuve, www.acm.mc.

20988998 1984762891758617 6181974213705538625 o
Photo, Gérard Brönimann, Videorace

E-mail